L’intervention occidentale de 2011 en Libye, illustre, jusqu’à la caricature, à la fois l’impérialisme humanitaire dont peuvent faire preuve les démocraties et l’aveuglement plus ou moins volontaire des grands médias démocratiques sur les arrières-pensées géostratégiques, pourtant faciles à déceler, des puissances occidentales. Au moment où nous rédigeons ces lignes les informations sont encore parcellaires et il faut bien se garder de porter un jugement définitif sur les événements qui s’y déroulent. Mais, on peut déjà, à grands traits, et sur la base d’éléments factuels rendus publics, présenter une version des faits radicalement différente de celle qui nous est servie par les protagonistes occidentaux et leurs relais médiatiques.

Tout commence en 2006 quand Kadhafi réprime dans le sang (14 morts parmi les manifestants) une révolte islamiste à Benghazi, avec la bénédiction des Occidentaux qui ont œuvré, depuis 2004, pour faire du dirigeant libyen un homme fréquentable. Quelques années plus tard, mi février 2011, a lieu, toujours à Benghazi, une manifestation des parents des prisonniers ‘politiques’ de la révolte de 2006 qui demandent leur libération. À cette occasion, des échauffourées entre manifestants et forces de l’ordre font une dizaine de morts. À partir de là tout s’enchaîne à merveille pour les Occidentaux, qui vont entrer en scène pour impulser le déroulement des événements en leur faveur, après avoir ‘subi’ les révoltes arabes de Tunisie et d’Égypte qui ont fait tomber leurs amis autocrates (1).

Très vite on nous présente devant les caméras quelques ‘foules’ clairsemées de rebelles qui, curieusement, ressemblent plus à des soldats et à des islamistes poussant à la guerre civile qu’à des étudiants pacifiques réclamant, comme on a pu le voir en Tunisie et en Égypte, la démocratie téléphones portables à la main. On fait illusion avec quelques centaines de personnes pour annoncer un soulèvement général qui n’a pas lieu. Le soulèvement est circonscrit à une ou deux villes (principalement Benghazi et Derna, toutes deux situées en Cyrénaïque) connues pour leur insoumission au pouvoir central et leur proximité avec les mouvements islamistes les plus extrémistes de la région (2). Al Jazeera, chaîne d’un émir du Qatar (précieux allié des États-Unis dans la péninsule arabique) qui avait pourtant couvert très largement les révoltes arabes en Tunisie et en Égypte, est incapable de nous montrer les foules en délires démocratiques à Benghazi ou ailleurs sur le territoire libyen. Au lieu de cela, on voit quelques rebelles de Benghazi maniant des armes lourdes ou conduisant des chars et l’ancien ministre du Protocole de Kadhafi, Nuri Mesmari, sur fond de Tour Eiffel, appelant à la révolution contre son ancien maître, au nom de droits de l’homme qu’il n’a jamais défendus : celui-ci s’est réfugié en France en novembre 2010, plusieurs mois avant que le vent de révolte ne porte le trouble dans les oligarchies arabes. La chaîne qatarie affirme que le 21 février des avions et des hélicoptères de Kadhafi auraient ouvert le feu contre des manifestants, sans, cependant, pouvoir fournir une seule image pour appuyer ses affirmations, en dépit de la présence sur place de ses journalistes. Pour prix de sa coopération avec les insurgés de Benghazi, Al Jazeera sera, quelques semaines plus tard, mandatée par les rebelles pour créer une nouvelle chaîne nationale libyenne.

On reconnaît (dès le 10 mars 2011 pour la France (3)) un Conseil National de Transition, formation politique hétéroclite qui se divise en deux parties inconciliables :d’un côté, les anciens cadres de Kadhafi ayant senti le vent tourner et plutôt de tendance laïque (dont le Ministre de la Justice du dictateur jusqu’au 21 février 2011, Mustafa Abdel Jalil, Ministre qui avait supervisé, avec le Ministre de l’Intérieur, la torture des infirmières Bulgares libérées grâce à l’intervention de Nicolas Sarkozy et qui a été désigné par Amnesty International comme un homme particulièrement infréquentable ; et Abdul Fatah Younis, ancien Ministre de l’Intérieur de Kadhafi et auparavant chef de la police politique) ; de l’autre, des fondamentalistes (4) qui réclament la Charia (dont l’un des principaux dirigeants du Conseil, al-Hasidi) et dont les mouvements ont fourni les plus importants contingents de djihadistes en Irak de la part d’un pays étranger (5). Ni les uns ni les autres n’ont un passé de militants des droits de l’homme, mais qu’importe, les démocraties savent transformer le djihadiste en démocrate, l’islamiste terroriste en musulman modéré ami de l’Occident s’il le faut. D’une certaine manière, les rebelles libyens ressemblent aux rebelles kosovars, mafieux avérés et terroristes reconnus, mais amis providentiels instrumentalisés par l’Occident pour appuyer leurs guerres. Les Occidentaux semblent, en outre, rejouer en Libye le pari afghan : on s’allie avec l’ennemi de demain pour combattre l’ennemi d’aujourd’hui (sauf que l’ennemi de demain – les islamistes – c’est déjà l’ennemi d’aujourd’hui, du moins si l’on en croit les raisons de notre présence en Afghanistan !). Que des membres éminents du Conseil National de Transition aient des liens avec les mouvances terroristes islamistes et peut-être, même, avec al-Qaïda, ne semble guère émouvoir nos experts en géostratégie et spécialistes de la guerre contre le terrorisme.

On passe un marché avec certains membres de la Ligue des États Arabes (6) pour donner l’impression que le monde arabe est derrière l’intervention occidentale : on oublie de mentionner que la Ligue des États Arabes est un club de dictateurs dont l’Arabie Saoudite est l’un des membres les plus influents et que cette dernière, en échange d’une acceptation de principe, a été mandatée pour aller écraser dans le sang, au même instant, une autre révolte populaire, au Bahreïn, celle-ci réelle et de grande ampleur, avec la bénédiction des Occidentaux, dans le silence médiatique le plus total. Il était inconcevable pour les États-Unis et l’Arabie Saoudite de laisser les dirigeants sunnites du Bahreïn céder aux revendications des foules chiites -70% de la population- vues comme les alliées potentielles des Iraniens. Rappelons également que le Bahreïn est le port d’attache de la 5ième flotte américaine. Les militants des droits de l’homme du Bahreïn ont été arrêtés, torturés et exécutés. Les dirigeants de l’opposition et les principaux représentants des manifestations vont bientôt être jugés et sans doute condamnés à mort. Le 19 mai 2011, le prince régnant du Bahreïn était chaleureusement accueilli par le premier Ministre Britannique au 10 Downing Street pour parler des affaires du monde, comme si de rien n’était. On prend également soin de ne pas mentionner que seulement 9 des 22 membres de la Ligue des États Arabes ont donné leur accord pour ‘une zone d’exclusion aérienne’ afin de protéger les populations civiles qui seraient la cibles des folies de son dirigeant (les autres membres étant absents lors du vote). Ils n’ont, par ailleurs, jamais donné leur accord pour une intervention au sol de l’OTAN (sans doute inévitable), ni pour armer la rébellion (une réalité dès le début du conflit (7)).

On sur-représente un soulèvement pour rendre nécessaire une intervention que l’on qualifie dans un premier temps d’humanitaire et que l’on prétend limitée à un pont aérien destiné à protéger les civils des bombardements du dictateur. On jure que ce seront les Nations unies qui interviendront et qu’il n’y aura pas de troupes au sol. On annonce et répète en boucle sur tous les médias que les bombardements de Kadhafi ont fait plus de 6000 morts en quelques jours (dont 3000 à Tripoli (8)). Le nombre de ‘6000’ morts a été avancé dès le 2 mars 2011 par le tout nouveau porte-parole de la Ligue libyenne des droits de l’Homme, Ali Zeidan, à ce point proche de la rébellion qu’il est également le porte-parole du Conseil National de Transition !Quelques jours plus tôt (le 28 février), pressentant sans doute qu’un ‘génocide’ serait en cours, on fait entrer en scène l’ONU, par l’intermédiaire de son Secrétaire Général, Ban Ki-moon, qui, à la sortie d’une visite du mémorial sur l’Holocauste à Washington, fait une déclaration dans laquelle il ose un parallèle entre les bombardements supposés du régime libyen sur son peuple et le génocide perpétré par les nazis (9). Il annoncera plus tard que le Conseil de Sécurité des Nations unies devra également poursuivre le tyran devant la Cour Pénale Internationale pour crimes contre l’humanité (ce qui sera chose faite avant la fin du mois de mai 2011, le Conseil de Sécurité ayant saisi le Procureur de la Cour – Luis Moreno-Ocampo – à cet effet, Procureur qui s’exécutera immédiatement).

Qu’importe que, quelques semaines plus tard, on apprenne que les bombardements contre les foules démocratiques n’ont pas eu lieu. Le spectre de Timisoara (les fameux faux charniers du dictateur roumain Ceauşescu) est de retour. Mais les médias dominants ne reprendront pas la nouvelle. On ne niera pas la répression sanglante, mais il convient d’en mesurer la portée : puisque Kadhafi était devenu l’ami des Occidentaux, c’est que nous avions pardonné son passé (à tort d’ailleurs). Ainsi, l’intervention de 2011 n’est pas basée sur ses crimes passés qui ont, en quelque sorte, été absous par les Occidentaux, mais sur la répression supposée de la rébellion de Benghazi et les ‘6000’ victimes qui en ont résulté. Mais, on le sait, les chiffres ont été manipulés (10) et la répression peut, d’une certaine manière, être analysée comme une réponse à un défi militaire orchestré par des Occidentaux appuyant un clan non-démocratique dans le cadre d’une guerre civile provoquée. Face à deux mouvances non-démocratiques, toutes deux responsables de crimes de guerre (11), pourquoi les Occidentaux devraient-ils choisir l’un des deux camps ? Ne peuvent-ils pas se contenter d’appuyer des forces démocratiques crédibles sans vouloir en tirer un profit géopolitique pour eux-mêmes ? Les opinions publiques occidentales, sont, sans aucun doute, prêtes à aider les démocrates sincères des révoltes arabes, sans réclamer en échange autre chose qu’un peu de reconnaissance et le témoignage de l’amitié entre les peuples.

Des milliers de morts à Benghazi ou une centaine ?
« Je suis arrivée fin février, ce n’était pas encore la guerre mais c’était le plus fort de la répression des manifestations. A Al-Baïda, une soixantaine de personnes sont mortes et à Benghazi, entre 100 et 110 personnes ont été tuées. C’est beaucoup, c’est grave mais ce ne sont pas les milliers de morts annoncés ».
Donatella Rovera, conseillère sur la réaction aux crises à Amnesty International, 16 juin 2011, Rue89 (12)

Enfin, au lieu de l’ONU on voit finalement l’OTAN intervenir. Derrière l’OTAN ce sont les États-Unis qui pilotent les opérations militaires depuis leur base de Stuttgart (en Allemagne), base chargée de leurs opérations militaires pour l’ensemble de l’Afrique (il s’agit, plus précisément, de l’Africom, ou centre de commandement unifié américain pour l’Afrique, que la Libye a effrontément refusé de rejoindre en 2007, à la différence de la quasi-totalité des pays africains). Mais, pour ne pas froisser une opinion publique américaine échaudées par l’Irak et l’Afghanistan, les États-Unis préfèrent laisser les premiers rôles médiatiques à leurs subalternes français et britanniques, qui voient là une occasion de bomber le torse à moindre frais. Et, en dépit des dénégations de ses dirigeants, l’intervention au sol commence dès le début des opérations aériennes de l’OTAN, des membres des forces spéciales françaises et britanniques aidant les insurgés à manier les armes lourdes dès le début de la rébellion (13).

Ainsi, on attise les tensions entre tribus et clans politiques (Kadhafi s’appuie sur les tribus de l’Ouest, du Centre et du Sud -les Fezzans-, qui s’opposent depuis longtemps aux Harabi et aux El-Obeidat identifiés à l’ex-classe dirigeante du temps de la monarchie) dans un pays étranger jusqu’à créer et nourrir une guerre civile au nom des droits de l’homme, comme l’avait fait autrefois la France au Biafra dans les années 1960. On arme une partie contre une autre en tenant soin de ne pas permettre à l’une d’entre elles d’écraser définitivement son adversaire. On démembre l’État, comme en Irak, avec l’intention, sans doute, de créer plusieurs entités indépendantes, mais pas assez fortes pour se dispenser de l’aide et de la protection des Occidentaux. On s’accapare, avec l’aval de l’ONU, une partie des fonds souverains libyens (14) (plus de 35 milliards de dollars pour les États-Unis, le même montant pour l’Europe – les fonds en question ne sont pas ceux de Kadhafi, mais ceux de la Banque Centrale Libyenne et de la compagnie nationale de pétrole) qu’on prétend destinés à la reconstruction d’un pays dont on est le principal destructeur. Il ne serait pas surprenant que nous utilisions ces fonds pour financer nos propres entreprises et pour acheter les alliances nécessaires à nos fins, comme l’ont fait les États-Unis en Irak en toute impunité.

On met également fin, de la sorte, à une tentative d’indépendance financière de l’Afrique dans laquelle la Libye jouait un rôle majeur. En effet, les investissements libyens (300 millions de dollars) ont permis la réalisation et la mise en orbite (en 2007) du premier satellite de télécommunications de la Regional African Satellite Communications Organization qui ouvre, enfin, aux pays africains, l’espoir de devenir moins dépendants des réseaux satellitaires occidentaux (et notamment du réseau satellitaire européen qui coûtait au continent africain plus de 500 millions de dollars par an). Également importants ont été les investissements de la Libye dans les organismes financiers et de développement créés par l’Union Africaine : la Banque africaine d’investissement, dont le siège est à Tripoli ; le Fonds monétaire africain (dont la Libye est le principal contributeur avec l’Algérie (15)) et qui était destiné à contourner les orientations néolibérales du FMI dès 2011 et, enfin, la Banque centrale africaine qui a pour ambition de créer une monnaie africaine pour l’ensemble du continent au grand dam, notamment, des défenseurs du Franc CFA. De leur côté, les États-Unis voyaient d’un mauvais œil le soutien apporté par le Guide libyen au projet de Dominique Strauss-Kahn, alors directeur du FMI, de faire des Droits de Tirage Spéciaux, émis par l’institution, une monnaie internationale pouvant, à terme, concurrencer le dollar, dans certaines régions du monde. Les fonds souverains libyens, détournés par les Occidentaux, ne viendront plus financer ces organismes de manière indépendante pour l’Afrique. C’est un coup dur porté au continent africain. L’Occident envoie un signal fort à ses amis tyrans qui auraient quelques velléités d’indépendance à son égard : ‘tenez vos promesses envers nos oligarchies, ou dégagez’.

Mercenaires en Libye ?
« Il y a eu une certaine hystérie de la part des médias autour de la question des mercenaires. Le Conseil national de la transition (CNT) a organisé des visites dans les prisons pour que les journalistes « voient » les mercenaires, mais il s’agissait surtout de pauvres jeunes gens terrorisés, pas forcément liés au conflit. Mais ils ont été filmés, photographiés, ils étaient reconnaissables. […] On n’a pas vu de mercenaires, sauf si cela s’est passé dans l’ouest où nous n’avons pas accès. Nous avons rentré des étrangers et des Libyens noirs qui ont été pris pour cible par les anti-Kadhafi. Le comportement des combattants de l’opposition à leur égard pose question. Ils ont commis des violations graves ».
Donatella Rovera, Amnesty International, 16 juin 2011, Rue89 (16)

Dès avril 2011, sous la houlette bienveillante des puissances occidentales, les insurgés de Benghazi, curieusement pressés, diligents et bien inspirés,ont créé une banque centrale (avec l’aide de la banque HSBC) et une nouvelle compagnie nationale du pétrole (la Libyan Oil Company), toutes deux indépendantes du pouvoir central de Tripoli. Ils ont annoncé leur intention de privatiser, à terme, la Libyan Oil Company. Les contrats pétroliers en faveur des Occidentaux ont été renégociés dans la foulée, dans des termes beaucoup plus avantageux pour ces derniers que du temps de la splendeur de leur ami Kadhafi. La gestion de la Libyan Oil Company a été confiée au Qatar. Dès le 29 mars 2011, les Occidentaux décident lors du sommet de Londres que les insurgés seront autorisés à exporter à leur profit le pétrole du pays (17). La guerre humanitaire est, décidément, une affaire bien lucrative pour certains milieux qui n’attendent pas l’issue de la guerre pour négocier leur part du butin.

Il ne faudra pas s’étonner de voir, à moyen terme, les États-Unis installer des relais puis des bases militaires sur le territoire libyen. Il ne faudra pas non plus jouer l’étonnement si une grande partie des industries libyennes est privatisée au profit de grands groupes occidentaux dans les mois qui viennent. L’opération ‘Aube de l’Odyssée’ (18) n’est que le début du long voyage de l’OTAN pour conquérir l’Afrique militairement, à défaut de savoir comment y investir pour l’avenir de ses populations. Face aux révoltes démocratiques inattendues des sociétés tunisienne et égyptienne qui n’ont pas reçu le soutien des dirigeants démocrates, ces derniers ont préféré prendre les devants en Libye pour reprendre la main sur l’échiquier géopolitique régional. Les Occidentaux sont en pleine guerre froide avec la Chine en Afrique et avec l’Iran chiite dans la péninsule arabique toute proche ; les Libyens semblent devoir en payer le prix sous l’œil passif des opinions publiques occidentales. Il n’y a là rien de nouveau pour qui observe froidement les actes de guerre des démocraties au-delà des apparences médiatiques. Dans cette reconquête du terrain perdu (19), les Occidentaux sont aidés par l’Arabie Saoudite, le Qatar et les Émirats Arabes Unis, pays qui ont tous participé à la répression du soulèvement populaire au Bahreïn. La société américaine de mercenaires Xe Services (connue anciennement sous le nom de Blackwater) est en train de constituer aux Émirats Arabes Unis une force d’intervention destinée à mater les révoltes populaires qui pourraient survenir dans la région (20). L’Arabie Saoudite déverse des milliards de dollars pour s’assurer que l’Égypte maintienne son oligarchie en place et n’aille pas davantage vers la voie de la démocratie (21). Dans ce contexte, et Kadhafi n’ayant pas tenu ses promesses à l’égard de des États-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne en ce qui concerne les contrats pétroliers (22) et l’achat d’armements, il était temps de donner une leçon au nouvel ami peu fiable. Une fois Kadhafi hors-jeu, la France pourra, si l’Algérie a bien retenu la leçon libyenne, relancer l’Union pour la Méditerranée qui avait été snobée par le dictateur libyen.

S’il est difficile de ne pas se réjouir de la chute d’un dictateur, il est, de notre point de vue, criminel, de la part des pays occidentaux, de prendre prétexte de cette chute pour bombarder, conquérir, démembrer, dépouiller un pays sans y apporter la démocratie. Le dictateur tombe, l’oppression reste, avec, en général, plus de violence, moins de droits pour les femmes (23) et les enfants et une économie dépecée par la rapacité des nouveaux chefs locaux alliés des démocrates aux mains sales. Les charniers laissés derrière elles par les démocraties sont-ils plus tolérables et moins douloureux pour les victimes que ceux légués par les dictatures ? Le désastre irakien était pourtant là pour nous le rappeler : les belles déclarations occidentales sont pavées de mauvaises intentions ; aux promesses succèdent les crimes, aux crimes succèdent les tombes, aux tombes le silence des victimes. Les interventions occidentales semblent, dans nombre de cas, ajouter un surcroît de désespoir aux malheurs des peuples opprimés.

Les exemples tunisien et égyptien nous montrent que les peuples sont capables de faire tomber leurs tyrans avec moins de sang répandu ou de souffrances endurées que lorsque ce sont les Occidentaux qui s’en mêlent. Mais ces derniers ne peuvent pas imaginer un monde sans eux ; ils veulent se rendre indispensables à tout prix, même si pour cela ils doivent commettre l’irréparable. La démocratie devient un alibi pour les démocrates aux mains sales qui ne supportent pas que le monde leur échappe et que les aspirations démocratiques des pays arabes ne s’inspirent pas d’eux, ne s’appuient pas sur eux, ne se réclament pas d’eux.

Guillaume de Rouville

31 juillet 2011.

Sources :

(1) Voir : « The U.S. and Its Allies Will Do Anything to Prevent Democracy in the Arab World », interview de Noam Chomsky sur Democracy Now ! en date du 11 mai 2011 : [http://www.democracynow.org/2011/5/11/noam_chomsky_the_us_and_its]

(2) Benghazi a depuis toujours accueilli et protégé les mouvements islamiques les plus réactionnaires comme les wahhabites et les salafistes.

(3) Au 15 juillet 2011, la France, la Grande-Bretagne, les États-Unis, le Qatar, l’Italie, la Gambie, le Koweït et quelques vingt autres pays ont reconnu officiellement le Conseil national de transition.

(4) « Avec les djihadistes de Derna », de Sara Daniel, Le Nouvel Observateur, 14 avril 2011 : http://sara-daniel.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/04/14/avec-les-djihadistes-de-derna1.html

(5) « Libyan rebellion has radical Islamist fervor : Benghazi link to Islamic militancy : U.S. Military Document Reveals », par Daya Gamage, Asian Tribune, le 17 mars 2011 : http://www.asiantribune.com/news/2011/03/17/libyan-rebellion-has-radical-islamist-fervor-benghazi-link-islamic-militancyus-milit

(6) Voir : « The US-Saudi Libya deal » par Pepe Escobar, 2 avril 2011, Asia Times : « As Asia Times Online has reported, a full Arab League endorsement of a no-fly zone is a myth. Of the 22 full members, only 11 were present at the voting. Six of them were Gulf Cooperation Council (GCC) members, the US-supported club of Gulf kingdoms/sheikhdoms, of which Saudi Arabia is the top dog. Syria and Algeria were against it. Saudi Arabia only had to « seduce » three other members to get the vote » [ http://atimes.com/atimes/Middle_East/MD02Ak01.html ]

(7) La France aurait livré des armes aux insurgés de Benghazi dès le début du mois de mars d’après le Canard Enchaîné du 16 mars 2011. Voir également : (i) Le Canard Enchaîné du 25 mai 2011, « Trafic élyséen », page 3 : « C’est le général Benoît Puga, chef d’état-major particulier de Sarko, qui a supervisé les livraisons clandestines d’armes aux insurgés libyens », (ii) « La France a parachuté des armes aux rebelles libyens », de Philippe Gelie, Le Figaro, 28 juin 2011 ; http://www.lefigaro.fr/international/2011/06/28/01003-20110628ARTFIG00704-la-france-a-parachute-des-armes-aux-rebelles-libyens.php ; (iii) « Libye : des missiles livrés à dos d’âne », Luc Mathieu, Libération, 2 juillet 2011 ; http://www.liberation.fr/monde/01012346704-libye-des-missiles-livres-a-dos-d-ane

(8) Voir, pour la presse française, sur le chiffre de ‘6000’ morts : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/en-libye-6000-morts-et-kadhafi-menace-encore_968125.html ; http://www.liberation.fr/monde/01012323154-libye-les-etats-unis-de-de-plus-en-plus-menacants ; http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/03/02/97001-20110302FILWWW00548-libye-nouveau-bilan-de-6000-morts.php

(9) « Il y a 70 ans, six millions de gens ont été assassinés à l’instigation d’un État. Ce musée commémore cette vérité choquante. Il nous appelle à nous souvenir et à agir. ‘Jamais plus’ », a dit le Secrétaire général dans une déclaration. « Une fois encore, nous sommes mis à l’épreuve. En Libye, un régime qui a perdu toute légitimité a déclaré la guerre contre son peuple. C’est à nous, la communauté des nations, de nous dresser contre ce crime » : http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp ?NewsID=24593&Cr=Libye&Cr1

(10) Voir : « Libye : Amnesty conteste le nombre de victimes et accuse les rebelles », de Céline Lussato, Le Nouvel Observateur, 17 juin 2011 : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110617.OBS5317/libye-amnesty-conteste-le-nombre-de-victimes-et-accuse-les-rebelles.html

(11) « Les deux camps accusés de crimes de guerre en Libye », AFP, dans Le Monde du 2 juin 2011.

(12) http://www.rue89.com/2011/06/16/libye-amnesty-accuse-les-rebelles-de-torture-et-dexactions-209588-0

(13) Voir : (i) Le Canard Enchaîné du 25 mai 2011 (« Commandos clandestins ») : 125 membres des Forces Spéciales françaises se trouveraient sur le terrain, ainsi que 500 membres des Forces Spéciales britanniques, (ii) Le Figaro du 23 mai 2011 : « Depuis le début du conflit, des forces spéciales françaises sont à l’œuvre en Libye. Équipées de visées laser, elles repèrent les cibles et guident les chasseurs de la coalition. », dans « La France engage des hélicoptères en Libye », par Isabelle Lasserre : http://www.lefigaro.fr/international/2011/05/22/01003-20110522ARTFIG00149-la-france-engage-des-helicopteres-en-libye.php ; (iii), « Libya : SAS veterans helping NATO identify Gaddafi targets in Misrata », par Richard Norton-Taylor et Chris Stephen, The Guardian, 31 mai 2011.

(14) Voir : « Comprendre la guerre en Libye », de Michel Collon, 7 avril 2011 ; http://www.michelcollon.info/Comprendre-la-guerre-en-Libye-1-3 ?lang=fr

(15) À eux deux ils représentent plus de 60% des fonds investis dans le Fonds monétaire africain.

(16) http://www.rue89.com/2011/06/16/libye-amnesty-accuse-les-rebelles-de-torture-et-dexactions-209588-0

(17) Voir : « West’s Oil Firms, No Love Lost in Libya », de Guy Chazan, The Wall Street Journal, 15 avril 2011 ; http://online.wsj.com/article/SB10001424052748703730104576260902489238740.html

(18) Nom officiel donné par les États-Unis à l’opération occidentale en Libye.

(19) Il s’agit d’une véritable contre-révolution menée par les Occidentaux avec leurs alliés arabes non-démocratiques.

(20) Voir : « Secret Desert Force Set Up by Blackwater’s Founder », par MARK MAZZETTI et EMILY B. HAGER, The New York Times, 14 mai 2011 : [http://www.nytimes.com/2011/05/15/world/middleeast/15prince.html]. Également : « United Arab Emirates Confirms Hiring Blackwater Founder’s Firm », mêmes auteurs, 15 mai 2001 dans The New York Times : http://www.nytimes.com/2011/05/16/world/middleeast/16prince.html

(21) Voir : « The cold hard cash counter-revolution », de Pepe Escobar, Asia Times, 10 juin 2011 ; http://www.atimes.com/atimes/Middle_East/MF10Ak04.html

(22) Voir : « Conflict in Libya : U.S. oil companies sit on sidelines as Gaddafi maintains hold », de Steven Mufson, The Washington Post, 11 juin 2011.

(23) Les Occidentaux font ou tentent de faire tomber des régimes laïques (Irak, Libye, Syrie) et appuient des mouvements d’opposition qui sont aux mains de fondamentalistes religieux.

Share →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 2 = sept

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>