BHL_Crimes-w

Depuis la chute du mur de Berlin, l’emprise des médias atlantistes sur les opinions publiques occidentales, au lieu de décliner en raison de la disparition de la menace communiste, s’est développée au point de supprimer quasiment toutes les voix dissidentes des canaux d’information non marginaux ou alternatifs. En France, pays un peu plus rétif que ses voisins à la mainmise atlantiste, ce travaille de nettoyage médiatique a été achevé par Nicolas Sarkozy avec l’aide de personnalités néoconservatrices comme Christine Ockrent ou Philippe Val (legs sur lequel le nouveau Président très atlantiste ne reviendra évidemment pas).

Il en résulte un unanimisme de l’information dont on pourrait s’accommoder en invoquant l’imperfection des Homo Sapiens s’il n’avait pour objectif principal de cacher des crimes de masses dont les élites dirigeantes des démocraties occidentales se rendent coupables avec une impunité déconcertante.

Les crimes médiatiques sont une composante à part entière des crimes politiques plus généraux qui ensanglantent la scène internationale où nos dirigeants déchaînent leur volonté de puissance. Sans une complicité active des médias atlantistes avec les élites occidentales les guerres en Irak et en Afghanistan, le dépeçage de la Libye et la descente aux enfers de la Syrie, n’auraient pas pu être réalisés aussi facilement.

Ainsi, il y a eu crime médiatique quand l’Otan a décidé d’attaquer l’Afghanistan dans la foulée des attentats du 11-Septembre parce que les médias ont refusé sciemment d’interroger les motivations de l’administration Bush dans cette guerre et de questionner la responsabilité directe des néoconservateurs dans ces attentats.

Il y a eu crime médiatique quand les États-Unis et leurs alliés ont envahi l’Irak en 2003 parce que les médias ont relayé volontairement de fausses informations sur la présence d’armes de destruction massive.

Il y a eu crime médiatique quand les médias ont inventé la fable du bombardement de Benghazi par Kadhafi pour envahir la Libye, quand ils ont laissé, sans broncher, les dirigeants occidentaux, avec la caution morale de quelques intellectuels atlantistes (dont J.B. Botul), donner le pouvoir à des milices wahhabites proches d’Al-Qaeda et créer une guerre civile afin d’accomplir des objectifs géostratégiques dont les peuples d’Occident et d’Orient ne verront jamais les bénéfices (moraux ou matériels).

Il y a crime médiatique quand les médias attribuent de manière opportune la paternité des massacres en Syrie (Houla) au clan au pouvoir pour faire tomber un régime qui ne répond plus à leurs objectifs dans la région ; il y a crime médiatique quand l’Occident peut, sans que les médias ne s’en émeuvent, armer des groupes terroristes, organiser des massacres de civils et apporter la guerre civile et religieuse dans un pays en paix.

Il y a eu crime médiatique quand les médias ont choisi de taire le soutien des États-Unis à un coup d’État au Honduras en 2009 et que ce silence couvre les cris des torturés et des suppliciés.

Il y a un crime médiatique quand les médias passent sous silence les implications pour les libertés fondamentales de la loi NDAA votée par l’administration Obama en décembre 2011 qui autorise les détentions arbitraires (des citoyens américains ou étrangers) comme au temps de l’absolutisme royal en France.

Il y a crime médiatique quand aucun grand média ne cherche à expliquer les raisons et les dessous de la guerre contre le terrorisme ni l’alliance des Occidentaux avec les défenseurs du terrorisme islamique (Arabie Saoudite et Qatar).

Il y a eu crime médiatique dans tous ces exemples parce que les médias mainstream ont délibérément choisi de se faire les porte-parole d’une élite à la quelle ils appartiennent ou à laquelle ils s’identifient, élite qui commet, de manière répétée, des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité contraires aux valeurs des Lumières.

« Cachez-nous nos crimes que nous saurions voir ! »

L’incompétence n’est pas une excuse suffisante pour écarter la responsabilité directe des médias dans les crimes que nous avons mentionnés (d’autant que les médias alternatifs ont offert ou offrent des analyses précises et pertinentes sur l’ensemble de ces événements). L’incompétence ne peut pas être, en effet, à ce point partagée, voire unanime, tandis que la soumission volontaire à la parole officielle peut l’être en raison du commun dénominateur qui caractérise l’ensemble des médias qui comptent pour forger l’opinion des bourgeois cultivés : l’idéologie atlantiste. En effet, sans une idéologie commune et puissante capable de souder ensemble les intelligences humaines les plus diverses, autant d’erreurs et d’approximations dans l’information ne pourraient pas être commises de manière répétée et à propos de la plupart des événements cruciaux.

Nul besoin ici de mentionner tous les crimes médiatiques commis par les médias atlantistes tant la liste est longue et presque sans fin. Nous voulions juste rappeler l’évidence suivante au moment où le traitement médiatique du drame syrien semble atteindre en Occident un degré d’abjection rarement égalé : la désinformation tue des innocents.

Aux citoyens de rendre leurs journalistes comptables de celle-ci lorsque cette désinformation est manifestement volontaire, à défaut d’en accepter la part d’ombre pour soi-même et de démobiliser sa conscience face à la brutalité du monde. Aux citoyens de s’organiser pour faire tomber les tyrannies médiatiques qui dominent les opinions publiques occidentales. Pour que cessent les crimes des mass media.

Guillaume de Rouville

13 juin 2012

 

 

Share →

20 Responses to CRIMES MEDIATIQUES ou les conséquences meurtrières de la désinformation – Guillaume de Rouville

  1. Gaudefroy dit :

    Bravo pour cet article,
    le nettoyage médiatique a aussi eu lieu dans la presse alternative à tel point qu’indymedia paris est complètement aligné sur la propagande de l’otan, le scalp accuse reopen911, le réseau voltaire et infosyrie d’être d’extrême droite et qu’une Marie odile Boutolleua peut lancer des campagnes de calomnies contre le grand soir, Michel Collon, Asselineau ou dernièrement René Balme…
    http://radio.indymedia.org/fr/node/19121
    http://a34.idata.over-blog.com/2/66/74/95/schema.jpg
    http://reflets.info/syrie-front-national/

    Vous oubliez la Côte d’Ivoire qui a été victime pendant 10 ans d’un guerre médiatique dont le pire mensonge est d’accuser le gouvernement de crimes commis par les escadrons de la mort avec France 24 en première ligne de désinformation :
    http://www.afrohistorama.info/article-regardez-comment-france-24-a-manipule-l-information-en-cote-d-ivoire-75361970.html
    http://www.vigile.net/La-tyrannie-et-ses-mensonges
    le commando invisible, vous vous rappelez ?
    http://unevingtaine.blogspot.fr/2011/03/quand-le-monde-applaudit-un-escadron-de.html

    Ajoutez à cela le négationnisme statistique du nombre de morts dans les conflits voulus par ces néoconservateurs.
     » D’une façon plus générale existe une “philosophie” de type statistique, ou de type statistiquement négationniste, que Laforge mentionne à propos de la bataille de la ville de Faloujah, en 2004 en Irak («[T]he Pentagon responded to the report not with a denial but with an announcement that it did not keep a tally of civilian deaths.»). Cette “‘philosophie’ de type statistiquement négationniste” relève d’une décision officielle du commandement des forces armées américanistes, annoncée en mai 2003 par le général Tommy Franks, commandant du théâtre CENTCOM, qui dirigeait l’invasion de l’Irak : effectivement, les services des forces armées américanistes ne tiennent pas à jour, officiellement, un bilan statistique des pertes civiles dans les opérations entreprises depuis le 11 septembre 2001. S’il y a des bilans effectivement comptabilisés, comme le rappelle Laforge dans plusieurs cas, souvent d’une façon très modérée (les 100.000 morts en Irak de Human Watch montent jusqu’au million et au-delà selon d’autres organisations), il s’agit d’interventions “accidentelles” selon le Pentagone, relevant d’organisations diverses, allant de telle ou telle ONG, tel ou tel expert, et jusqu’à l’ONU elle-même, ou encore de gouvernements “étrangers”, – donc, des interventions qui n’entrent pas dans le cadre de la “philosophie” statistique du même Pentagone.  »
    http://www.dedefensa.org/article-notre_double_standard_jusqu_la_naus_e_01_06_2012.html

    Le crime médiatique, c’est inciter à tuer des innocents, mais c’est aussi tuer médiatiquement, en floutant le nombre de tués.

    Voici un dessin qui montre le storytelling habituel :
    http://imageshack.us/f/844/odyssenoconservatricemo.jpg/

    • l'idiot du village dit :

      Merci beaucoup pour ces informations et pour ces développements très pertinents sur le « négationnisme statisticien ». La Côte d’Ivoire entre en effet dans cette catégorie des crimes médiatiques. Sur ce sujet aujourd’hui sur Investig’Action : http://www.michelcollon.info/Cote-d-Ivoire-la-democratie.html?lang=fr

    • Foxrenard dit :

      Vous oubliez la Serbie et le Kosovo. L’une des désinformations qui a le mieux marché, la preuve est que tout le monde croit toujours que Milosevic était Hitler et les Serbes des nazis alors que dans l’histoire du 20ème siècle, les Serbes, dans la région, sont les seuls qui n’ont jamais pactisé avec les nazis et les ont toujours combattus. Depuis que l’Otan est allé mettre de « l’ordre » dans les Balkans (et que l’on a trouvé bien peu de charniers et que c’étaient surtout des Serbes qui y étaient enterrés), le Kosovo est devenu la plaque tournante du trafic d’organes.

      • l'idiot du village dit :

        Je suis entièrement d’accord avec vous. La liste est loin d’être complète…elle s’allonge chaque année un peu plus…elle n’est pas apparue en 2001…hélas…Le livre de Michel Collon sur le sujet (« Poker menteur », toujours disponible en anglais) et son film (les Damnés du Kosovo) sont à lire et à voir…A bientot. Guillaume de Rouville

        • Foxrenard dit :

          Merci pour les infos ! Je suis en train de lire ‘Kosovo – Une guerre « juste » pour un État mafieux’ de Pierre Péan chez Fayard (2013). J’avais lu à l’époque aussi des livres écris par des auteurs non balkaniques mais vivant dans les Balkans dans lesquels il y avait des témoignages de commissaires de l’ONU parlant des pressions et menaces qu’ils avaient subies afin de dire ce qui avait était la version de l’OTAN. On peut en trouver des extraits sur le net.

  2. Gloria dit :

    Super article.
    N’oublions pas les cinq Cubains antiterroristes Gerardo Hernandez, Ramon Labanino, Antonio Guerrero, Fernando Gonzalez, René Gonzalez, condamnés aux Etats-Unis à des peines de prison monstrueuses pour avoir infiltré des groupes de terroristes cubano-américains qui perpétraient des attentats à Cuba. Massacrés par la presse de Miami, ignorés des médias internationaux, ils n’ont pour seul soutien que la solidarité internationale QUI LUTTE POUR LES SORTIR DE L’ENFER OU ILS CROUPISSENT.

  3. Très bon billet qui fait plaisir à lire tant il démontre avec percussion dans quel système cloisonné nous vivons! On comprend mieux ensuite pourquoi les français pensent et votent comme des veaux même si on a du mal à l’accepter…

  4. debourgogne dit :

    Très bon article. Petite précision Botul ce n’est pas BHL mais un avatar d’un philosophe. BHL cite Botul en le prenant pour un penseur réel ayant critiqué le kantisme. Ce n’est qu’une parenthèse. J’aimerais vivement échanger avec vous ce des sujets qui nous importent tous. Je vous découvre à peine mais je vois votre ligne à peu près clairement. Les questions qui me taraudent vont au delà de ce que « notre petit monde » sait dejà. D’ailleurs combien sommes nous à comprendre en gros ce qui se passe en France 10000 ? 50000 ? Ensuite la question suivante plus piquante doit-on désormais acter de la fin effective de la « démocratie » ? si oui que faire ? Car je lis Meyssan, collon, cattori, chauprade, alain joxe, Lugan, soral et d’autre et nous sommes un certain nombre…Maintenant que faire pour transformer ces informations ? comme le dit un authentique communiste italien sur le site du réseau voltaire, allons continuer de s’échanger des mails entre nous comme dans un secte religieuse en regardant le train filer dans le mur ? Strictement aucun parti, ni mouvement n’est capable de servir de courroie de transmission afin de rétablir un débat contradictoire sur la place publique. Je ne suis pas un expert en stratégie mais je n’ai lu personne sur ce sujet proprement politique, juste de brillants critiques ou analystes, mais alors comment résister autrement que par blog, sites confidentiels ou autre bouteilles à la mer ? J’aimerais vivement avoir votre sentiment sur la possible transformation de tout ceci en mouvement authentiquement protestataire en visible afin que les mensonges s’arrêtent et que le peuple revienne au centre du jeu si tenté qu’il y ait jamais été.
    Bien à vous un nouveau lecteur..

    • l'idiot du village dit :

      Vous posez les vraies questions. Comment dépasser le simple constat ? Comment sortir du Web et de la causerie mondaine ? On ne peut pas, en effet, se contenter de dénoncer les crimes et les laisser se renouveler devant nos yeux. Je vous répondrai plus longuement avant la fin du mois ; dès que je reviens de mes pérégrinations. Bien à vous. Combativement. Guillaume de Rouville

  5. Steph dit :

    Oulah. Tout ce que dit cet article est vrai. Bien que la liste des crimes n’est pas exhaustive, il faut rappeler que ça a depuis longtemps été comme ça.
    En afrique par exemple, on a longtemps financé les coups d’Etat afin d’y placer des individus issus de la classe défavorisée, bouffi de revanche et facile à corrompre. Si ceux-ci commence à servir d’autres intérêts, là, comme par magie, les médias, à l’unisson, les traitent de dictateurs et on finance un autre coup d’Etat. On appelle cela le « cycle » en Afrique. Au maghreb, on appelle ça le « printemps arabe », lol.

  6. sylvain dit :

    Montrer BHL porte parole de l’atlantisme dans un article dénonçant justement leur méfait, ce n’est pas très judicieux.
    Jamais vu un mec aussi abject.

  7. Pons Lucien Nice dit :

    Je trouve votre article excellent. Il me parait urgent de mettre en avant des éléments qui contredisent et infirment les allégations des média dominants. Ce qui me rassure est le fait que nous sommes nombreux à nous insurger contre la volonté atlantiste d’intervenir en Syrie. Je crois que peu à peu les lignes bougent. En quelques mois la perception de la situation par la plupart de nos compatriotes était favorables aux opposants il y a quelques mois, aujourd’hui les mêmes admettent que ce sont des rebelles armés par les puissances de l’axe islamiste salafiste qui sont responsables de massacres. Les monarchies du golfe sont en parfait accord avec les ultralibéraux qui dominent le monde et qui veulent s’approprier toutes les richesses. Ceci pour dire que les petites mains qui produisent les informations alternatives ont une réelle force et grâce à elles les citoyens peuvent encore s’opposer aux tentatives d’asservissement général.

    J’ai moi-même écrit un texte sur la file d’un article paru dans Marianne. Vous trouverez ci-dessous le détail de celui-ci.

    http://lucien-pons.over-blog.com/article-a-syrie-malgre-les-massacres-le-commerce-des-armes-continue-mon-commentaire-sur-la-file-de-cet-artic-107029344.html

  8. lav dit :

    Vous n’avez pas cité les guerres de l’ex-Yougoslavie dans votre démonstration. Pourtant, celles-ci furent les premiers prototypes des crimes médiatiques à grande échelle, préparés, pensés et mis en en oeuvre par certains acteurs se réclamant de la démocratie. Si ce pays a été le l’incubateur des 1ére et 2ème guerres mondiales, conflits de type encore classique, il est à présent l’emblème des guerres médiatiques où qu’elles se situent. Le fait que, malgré tous les éléments de preuve mis à jour et/ou enfin repris sans parti-pris, il n’ait pas encore été possible de rendre aux faits leur signification première et rétablir des vérités élémentaires jusqu’au citoyen de base, montre tout le travail restant à faire pour libérer l’information et lui ôter sa caractéristique actuelle de première arme de destruction massive. Quand on pense qu’il s’agit là d’un pays malgré tout européen, comment imaginer revenir sur des problématiques se déroulant loin du continent et sous d’autres cultures.

    • Byblos dit :

      Quels liens peut-on établir entre l’atomisation de l’ex-Yougoslavie et l’entreprise actuelle d’atomisation du «Grand Moyen Orient»? On aimerait pouvoir lire une analyse alternative sur ce sujet.
      La présence lourde de BHL dans les deux cas a-t-elle une autre explication que sa mégalomanie et son nombrilisme?

  9. marie dit :

    Toujours aussi pertinents et bien écrits, vos articles apportent un peu d’espoir contre les ténèbres et les renoncements dont fait preuve une caste de pseudo intellectuels( journalistes, spécialistes,écrivains).
    Depuis 18 mois, je commence à découvrir des hommes et des femmes qui refusent la voie qui semble tracée mais il est vrai au delà des analyses et des commentaires la question qui se pose est de savoir comment enrayer le phénomène, que peut-on faire de plus car tant que les grands médias ne proposeront pas une autre façon de pensée, je crains que la grande partie de nos concitoyens ne suivent pas.
    On se pose souvent la question de savoir pourquoi y -avait-il eu des manifs contre la guerre en Irak et non contre la guerre en Syrie , c’est qu’il y avait eu pour l’Irak une opposition politique qui a été relayée.Aujourd’hui, il n’y a plus aucune voix et on a marginalisé , diabolisée, ringardisée toute voix critique.
    Alors que faire?

  10. l'auvergnat dit :

    Quand est-ce que les atlantistes vont attaquer les boliviens ?
    car pour nos voitures électriques ils nous faut du lithium.
    on peut peut etre les attaquer en disant qu’on souhaite raser les cartels de drogue !
    tout ça me fout la rage. nous sommes tous humains et devons partager les ressources de cette TERRE. Quand j’entends parler de développement durable, j’ai des boutons qui sortent sur ma peau.
    La TERRE est un ensemble finie, toute tentative de développement nous conduit petit à petit vers la destruction de cette belle planète !
    L’humain doit se poser une seule question : comment vivre ensemble jusqu’à l’extinction de notre soleil ?
    si nous croyons vaincre notre angoisse existentielle par l’accumulation des richesses de cette TERRE pour sauver un quelconque peuple contre l’autre nous allons à une mort certaine bien plus rapide que l’extinction du soleil et franchement je n’en ai pas envie

  11. nicole Le Guennec dit :

    Je suis très pessimiste sur « l’info » officielle : en effet la quasi totalité des news proviennent de l’AFP..Or celle ci n’est plus autorisée à diffuser depuis quelques années – pour l’international- que les informations fournies par les services diplomatiques ou les armées…

  12. Pour ce qui est de l’international, la quasi totalité des news proviennent de l’AFP, qui n’est autorisée à donner que les infos transitant par les ambassades ou les services des armées…Je suis donc assez pessimiste..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× deux = 14

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>