lidiotduvillage-teapot-ice-1200

Pour enrager et mettre à nu les « experts »

.

.

.

*
« The era of global boiling has arrived »
 António Guterres, Secrétaire général des Nations unies – 27 juillet 2023

*

Posons les termes du débat avant qu’il ne soit trop tard !

Si, comme ma théière, la monde est sur le chemin de l’ébullition, je n’aurais, hélas, que le temps de poser les questions et non point d’y répondre ! J’avalerais donc en un mouvement brusque et malhabile le contenu de ma tasse de thé comme un dernier geste anthropique, civilisé et désespéré face à l’absurdité d’un chaos climatique précipitant notre chute finale.

En revanche, si le monde n’est pas sur la voie de sa perte indubitable, – j’en fais volontiers l’hypothèse avec un optimisme conquérant -, alors j’aurais le temps, le loisir et l’occasion de revenir sur ces questions afin d’y apporter les réponses qui, je l’espère, pourraient empêcher certains de mes congénères humains de s’entêter à plonger tout leur être, leur âme et leur conscience, dans une éco-anxiété propice à leur suicide individuel et collectif.

Et si certains commencent, après la lecture du questionnaire, à quitter leur état de stress pré-traumatique, je les invite à continuer à inspirer de l’oxygène et à expirer du CO2 encore pour quelques semaines, le temps que je m’amuse à dessiner les contours de mes réponses. Il se pourrait – soyons prudent ou modeste et maintenons un peu de conditionnel dans notre ambition – qu’à la lecture des réponses, ils deviennent des inconditionnels du CO2 au grand désespoir des apôtres de l’apocalypse selon le GIEC.

.

Une théière en Antarctique

*

Sans plus tarder, passons donc aux questions qui devraient en fâcher plus d’un et, peut-être, en émerveiller quelques autres :

1.    Quelle est la formule chimique de la photosynthèse ? Comment fonctionne la photosynthèse ? Quel est le rôle du CO2 dans ce processus ?
2.    Le CO2 est-il un polluant ?
3.    Quel est le niveau minimum de CO2 dans l’atmosphère et dans les océans pour que les plantes et les phytoplanctons survivent et que la vie sur terre ne soit pas en danger ?
4.    Y-a-t-il des effets positifs avérés du CO2 ? Ces effets positifs avérés sont-ils négligeables par rapport aux effets négatifs (avérés ou supposés) ?
5.    Le réchauffement climatique récent, quelle que soit sa cause, n’est-il pas un bienfait pour la biodiversité, l’environnement et la vie des hommes sur terre ?
6.    Pourquoi n’instruire qu’à charge contre le CO2 et jamais à décharge ? N’est-il pas nécessaire, d’un point de vue méthodologique, de faire la balance entre les aspects positifs et les aspects éventuellement négatifs du CO2, avant de partir en guerre contre un ennemi qui n’en n’est peut-être pas un ?
7.    Quel est le principal gaz à effet de serre (en quantité et dans ses effets) ? N’est-ce pas la vapeur d’eau ?
8.    Quel est la part de l’homme dans les émissions de CO2 annuelles ? Dans le stock de CO2 présent dans l’atmosphère ? Est-ce important de faire une différence entre flux et stock de CO2 ?
9.    Quelle est la durée de vie du CO2 dans l’atmosphère ?
10.    Qu’est-ce que le climat ? Le climat n’est-il pas, par définition, changeant ? Ne l’a-t-il pas toujours été ?
11.    Les alternances entre périodes glaciaires et interglaciaires ne se sont-elles pas faites de manière rapide et souvent brutale dans le passé ?
12.    N’y-a-t-il pas eu de nombreuses périodes dans le passé où le CO2 était à des niveaux 15 à 20 fois plus élevé mais où la biodiversité s’épanouissait ?
13.    Au cours des temps géologiques, observe-t-on une corrélation entre CO2 et température ?
14.    D’où vient l’idée qu’il y aurait un consensus scientifique ? N’est-ce pas plutôt un consensus médiatique ? La vérité scientifique dépend-elle d’un consensus ? La science, c’est donc comme la démocratie ?
15.    Le fameux 1,5°C à ne pas dépasser a-t-il un sens scientifique ? Est-ce une nouvelle loi de la nature que le GIEC a découverte ? La frontière du 1,5°C existe-t-elle ?
16.    Le GIEC est-il un organisme scientifique ? Comment et par qui sont établis les résumés pour les décideurs politiques ? N’y-a-t-il pas de nombreuses contradictions entre le rapport scientifique (AR partie 1) et le résumé pour les décideurs politiques ? N’y-a-t-il pas, à chaque nouveau rapport du GIEC, de nombreux scientifiques qui se désolidarisent de son contenu et qui contestent les conclusions que le GIEC a pu tirer de leurs travaux scientifiques ?
17.    Le GIEC n’a-t-il pas été accusé, à raison, de fraude(s) scientifique(s) à de nombreuses reprises ? Qu’est-ce que le Climate Gate de 2009 ? Celui de 2012 ? Qu’est-ce que la « courbe en forme de crosse de hockey » de Michael Mann ? Maurice Strong, l’un des principaux inspirateurs du GIEC n’a-t-il pas fait fortune, comme Al Gore, dans les énergies fossiles ? N’a-t-il pas été poursuivi pour fraudes et corruption dans le cadre du programme Pétrole contre Nourriture en Irak mis en place par les Nations unies ?
18.    Sur les 30 dernières années, les prédictions du GIEC se sont-elles avérées plutôt justes au plutôt fausses ?
19.    Ne recule-t-on pas tous les dix ans la fin du monde de dix ans ?
20.    Les modèles mathématiques et les simulations informatiques du GIEC reflètent-ils correctement les dynamiques climatiques ?
21.    Ces modèles ne sont-ils pas, depuis plus de trente ans, en décalage flagrant avec les observations ? Ne prévoient-ils pas tous des chaleurs systématiquement plus élevées que celles observées ?
22.    Peut-on modéliser le climat ? Le climat n’est-il pas un système dynamique chaotique non linéaire dont les modélisations sont défaillantes à ce jour ?
23.    L’écart entre les modèles et les observations n’est-il pas lié à l’attribution d’un rôle exagéré au CO2 ?
24.    Quelle est la différence entre climat et météo ?
25.    Y-a-t-il un réchauffement climatique ? Cela ne dépend-il pas de l’échelle de temps prise en compte ?
26.    Les périodes chaudes (interglaciaires) ne suivent-elles pas de manière imperturbable et depuis la nuit des temps des périodes froides (glaciaires) ?
27.    Y-a-t-il eu des périodes de réchauffements équivalentes à la nôtre dans le passé relativement récent ? Au cours de la précédente période interglaciaire ? Ou, plus récemment, lors de l’Optimum Romain et de l’Optimum médiéval ?
28.    Ne vit-on pas mieux quand il fait plus chaud ?
29.    Meure-t-on plus du chaud ou du froid ? N’est-il pas plus facile de se protéger du chaud que du froid ?
30.    Est-ce le froid ou le chaud qui favorise la biodiversité ?
31.    Y-a-t-il plus de biodiversité aux Pôles ou au niveau de l’équateur et des tropiques ?
32.    La période humaine précédant notre période de réchauffement avait-elle un climat optimal pour le développement humain ?
33.    Après une période de refroidissement (1300-1800 – « petit âge glaciaire ») n’est-ce pas normal et bienvenu que la période suivante soit une période de réchauffement ? Fallait-il souhaiter une période continue de refroidissement suivant le petit âge glaciaire ?
34.    Prendre la fin d’une période froide comment référence et s’inquiéter du réchauffement léger qui s’en est suivi, est-ce une démarche scientifique ?
35.    Depuis 1850, ce réchauffement ne s’est-il pas fait de manière progressive ?
36.    Pensez-vous que le soleil et les océans jouent un rôle négligeable dans les variations de températures depuis 1850 comme l’affirme le GIEC ?
37.    La chaleur présente dans l’atmosphère peut-elle réchauffer les océans ? N’est-ce pas plutôt l’ensemble des océans qui influence le climat à la surface de la terre ?
38.    Qu’est-ce qui prouve que le CO2 émis par l’homme soit le facteur dominant, voire unique du réchauffement ? Ne peut-il pas y avoir de variabilité naturelle liée à d’autres facteurs ? Plusieurs (autres) causes aussi importantes, voire plus importantes ?
39.    Quel est le rôle de la pression atmosphérique dans l’effet de serre ?
40.    Qu’est-ce que l’effet de serre radiatif ? Est-il avéré ? Quel est son importance dans le réchauffement de la planète ? Comment se transmet la chaleur ? Quelle part du réchauffement atmosphérique attribuer à des phénomènes radiatifs, convectifs et conductifs ?
41.    L’éventuel pouvoir de réchauffement du CO2 n’est-il pas déjà presque saturé ? Qu’est-ce que la sensibilité climatique ? Quel serait l’effet d’un doublement du CO2 dans l’atmosphère ?
42.    Y-a-t-il un lien de causalité entre réchauffement et CO2 ? Dans quel sens ?
43.    Doit-on faire la différence entre lien de causalité et corrélation ?
44.    Quel est le rôle des nuages dans le réchauffement ? Comment se forment les nuages ? Le soleil n’influence-t-il pas la formation des nuages ?
45.    A votre avis, au cours des cent dernières années, les morts liées aux catastrophes naturelles ont-elles augmenté ou diminué ? Dans quelles proportions ?
46.    Les ouragans ont-ils augmenté ou diminué en un siècle ?
47.    Les inondations ont-elles augmenté ou diminué en un siècle ?
48.    Les feux ont-ils augmenté ou diminué en un siècle ?
49.    Les pics de chaleurs ?
50.    Les sècheresses ?
51.    Les ours polaires sont-ils en danger d’extinction ?
52.    Assistons-nous à la sixième grande extinction des espèces ?
53.    Quelle est l’origine de la disparition progressive des neiges du Kilimandjaro ? N’est-ce pas la déforestation commencée au 19e siècle ?
54.    La grande barrière de corail disparaît-elle ? Les coraux ne préfèrent-ils pas les mers plus chaudes et plus élevées ?
55.    Les océans sont-ils en voie d’acidification ?
56.    Les îles du Vanuatu et l’archipel des îles Salomon sont-ils submergés par la montée des eaux ?
57.    Y-a-t-il une progression des zones désertiques ?
58.    Est-ce que le réchauffement climatique favorise l’expansion de la malaria ?
59.    N’assistons-nous pas à un verdissement de la planète, grâce, notamment, à l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère ?
60.    N’y-a-t-il pas un réchauffement sur les autres planètes du système solaire ?
61.    Les glaces de l’arctique et de l’antarctique sont-elles en train de disparaître ?
62.    Une grande partie du Groenland (Greenland en anglais, soit littéralement « Terre Verte ») n’était-elle pas couverte par des pâturages et des cultures de céréales au temps des Vikings (lors de la période dite de « l’Optimum médiéval ») ?
63.    Sous les glaciers d’Europe qui fondent, ne retrouve-t-on pas des habitations, preuve que ces glaciers avaient déjà disparu (et réapparu) auparavant et que les terres qu’ils recouvraient avaient été habitées au cours de périodes où les émissions de CO2 dues à l’homme étaient négligeables ?
64.    Les solutions proposées (énergies renouvelables, politique Net Zéro, voitures électriques, lutte contre les élevages de bovins, recyclage, etc.) sont-elles efficaces, même si on admet que le CO2 émis par l’homme soit le facteur principal d’un réchauffement climatique ? N’ont-elles pas des conséquences désastreuses pour la nature et nos économies ? Ne vont-elles pas renforcer les problèmes qu’elles sont censées résoudre (ressources en eau, déforestation, assèchement, destruction des habitats, etc.) ?
65.    Quelle est la part des Occidentaux dans les émissions de CO2 ? Quel serait l’effet d’une réduction à zéro de nos émissions de CO2 sur le climat ?
66.    L’homme n’a-t-il pas toujours trouvé des moyens de s’adapter aux changements climatiques ?
67.    La finance carbone n’est-elle pas un échec cuisant qui enrichit une minorité d’intermédiaires financiers et techniques sans atteindre aucun des objectifs qu’elle s’est fixée ? Après l’échec des crédits-carbone, faut-il croire aux crédits biodiversité ?
68.    L’énergie éolienne et l’énergie solaire sont-elles des énergies renouvelables ? Ne dépendent-elles pas de minerais non renouvelables ? L’extraction de ces minerais n’est-elle pas extraordinairement polluante ?
69.    Pour mettre en place ces énergies, ne faut-il pas détruire des milliers de Km2 de faune et de flore ? Utiliser des solvants, utiliser des quantités monstrueuses de ciment ? Déforester ? Construire de nouveaux réseaux électriques sur des espaces colossaux ?
70.    Le caractère intermittent de ces énergies ne pose-t-il pas de nombreux problèmes insurmontables ?
71.    Quelle est l’efficacité énergétique de ces énergies ?
72.    Le solaire à grande échelle n’est-il pas dangereux pour la faune et la flore environnante ?
73.    L’éolien n’est-il pas dangereux pour les oiseaux, les insectes et les chauves-souris ? N’assèche-t-il pas l’air environnant ?
74.    L’éolien en mer ne menace-t-il pas la survie des baleines ?
75.    Le solaire et l’éolien ne nécessitent-ils pas des systèmes de backups au charbon ou au gaz ?
76.    Ne mettent-ils pas en danger le système électrique existant ?
77.    Ne dépendent-ils pas de subventions renchérissant toujours plus le coût de l’énergie ? Cela ne renforce-t-il pas les inégalités sociales ?
78.    Au cours de son cycle de vie, allant de l’extraction des minerais jusqu’à son éventuel recyclage, la voiture électrique n’émet-elle pas autant de CO2 qu’une voiture fonctionnant avec les énergies fossiles ? Voire plus ? Ne nécessite-t-elle pas beaucoup plus de minerais qu’une voiture classique (dans des proportions démesurées) ?
79.    Les batteries nécessaires pour les voitures électriques et pour stocker l’énergie des sources intermittentes comme le solaire et l’éolien sont-elles recyclables ? Ne contiennent-elles pas des métaux extrêmement polluants dont le recyclage est trop couteux pour être entrepris ?
80.    Quelles sont les quantités de minerais nécessaires pour accomplir la transition énergétique de l’Occident ? L’extractivisme ne va-t-il pas détruire notre terre et sa biodiversité (plus rapidement encore que l’usage des énergies fossiles sur les deux cents dernières années) ? N’est-il pas consommateur d’eau dans des quantités non soutenables pour l’environnement ?
81.    Que penser de l’hydrogène ? Est-ce une énergie primaire ? Est-ce que cela a un sens d’utiliser de l’électricité à base d’énergie éolienne ou d’énergie solaire pour « créer » de l’hydrogène afin de produire de l’électricité ? Ce processus n’est-il pas inutile, couteux et polluant ?
82.    Qu’est-ce que la transition énergétique ? La transition énergétique n’est-elle pas une guerre de classes, des riches contre les pauvres ? Des pays développés contre les pays en voie de développement ? N’assistons-nous pas à un nouveau colonialisme « vert » ?
83.    La quête des minerais de la transition ne va-t-elle pas induire des conflits et des guerres sans fin (notamment dans les pays en voie de développement où se situent une partie importante de ces ressources) ?
84.    Quel pays maîtrise aujourd’hui l’essentiel de la chaîne économique de la production et de la transformation de ces minerais ?
85.    L’objectif de la transition énergétique est-il de désindustrialiser l’Occident ? D’imposer la décroissance ?
86.    S’il y a une urgence climatique liée aux émissions de CO2, pourquoi ne pas accélérer le nucléaire, au moins tant qu’une autre solution n’a pas été trouvée ?
87.    Si les Verts sont contre le nucléaire, n’est-ce pas un aveu implicite qu’il n’y a pas d’urgence climatique ?
88.    Depuis quand la mer monte-t-elle ? Monte-elle sur tous les continents ? Comment cela est-il mesuré ? Les données sur le sujet sont-elles fiables ? Est-ce grave ?
89.    Lors de la période interglaciaire précédente (période qui a duré près de 12 000 ans et qui s’est terminée il y a 115 000 ans – Homo Sapiens existait déjà), la mer n’était-elle pas plus haute de 6 mètres ?
90.    N’y a-t-il pas des pays qui parviennent à vivre en dessous du niveau de la mer ?
91.    Comment est mesurée la chaleur au niveau de la surface terrestre ? Au niveau des mers et des océans ? Ces mesures sont-elles fiables ?
92.    Qu’est-ce que l’effet d’îlot de chaleur urbain ?
93.    Le réchauffement modéré constaté depuis un siècle n’est-il pas principalement dû à cet effet ?
94.    L’énergie fossile n’est-elle pas la seule à pouvoir sortir les pays africains de leur pauvreté chronique ?
95.    Les énergies fossiles sont-elles sur le point de s’épuiser ? Le pétrole ? Le charbon ? Le gaz naturel ?
96.    L’énergie fossile n’est-elle pas la seule énergie versatile, efficace, maitrisée et financièrement abordable ?
97.    La découverte du charbon (et son utilisation industrielle) n’a-t-il pas sauvé les forêts au début du 19e siècle en Europe ?
98.    L’usage du pétrole n’a-t-il pas sauvé les baleines à la fin du 19e siècle ?
99.    Pourquoi sous-investir dans la fusion nucléaire ?
100.    Pourquoi dépenser des milliers de milliards d’euros pour des solutions qui sont peut-être inutiles ? Nos ressources financières sont-elles infinies ?
101.    Sommes-nous dans un monde fini en termes de ressources naturelles ? La biomasse n’est-elle pas infinie grâce au CO2, à l’eau et au soleil ?
102.    Qui interdit le débat ? Qui en a peur ? Qui injurie ? Qui diffame ? Qui censure ? Qui menace ?
103.    Qui veut nous interdire de voyager ou limiter nos déplacements par avion ?
104.    Qui veut contrôler tous nos mouvements et nos pensées ? Imposer un pass carbone ?
105.    La démocratie survivra-elle à la transition énergétique ? La liberté sera-elle la première victime de la transition énergétique ?
106.    L’écologisme est-il la continuation du communisme par d’autres moyens ?
107.    La thèse du réchauffement climatique anthropique est-elle une nouvelle religion ?
108.    Est-ce une idéologie totalitaire ? Quel est son lien avec le mondialisme ?
109.    N’y-a-t-il pas une vision du monde mortifère (et eugéniste) qui se cache derrière les attaques que subit la molécule de la vie, le CO2 ?
110.    Sommes-nous trop nombreux sur terre ?
111.    Y-a-t-il un lien entre surpopulation et pollution ?
112.    Le développement des industries fossiles dans les pays en voie de développement n’est-il pas une solution pour assurer une transition démographique ? Pour lutter contre les principales sources de pollution ? Les énergies fossiles ne sont-elles pas essentielles pour résoudre les principaux problèmes environnementaux ? Pour nous permettre de nous adapter aux changements climatiques (au chaud, au froid, à la montée des eaux, aux inondations, aux ouragans, etc.) ?
113.    L’alarmisme climatique n’entraîne-t-il pas l’adoption de politiques ruineuses et sans effets réels sur l’amélioration de l’environnement ? Ce gâchis n’a-t-il pas un coût humain catastrophique ?
114.    Quels sont les vrais problèmes écologiques ?
115.    Dans quel sens observe-t-on le flux des scientifiques du climat ? Du GIEC vers le climato-réalisme ou dans l’autre sens ?
116.    Ne faut-il pas avoir peur d’un refroidissement climatique ? Un minimum solaire n’est-il pas à l’horizon ?
117.    L’esprit critique est-il d’extrême droite ?
118.    Avez-vous déjà lu un seul livre d’un climato-réaliste ? Lequel ?
119.    Y-a-t-il une urgence climatique ?
120.    Et pour finir, la question la plus importante : Pourquoi les écologistes n’ont-ils pas d’humour ?

*

Si un début d’épiphanie s’est fait jour chez certains lecteurs parvenus sains et saufs au terme de cette interminable liste, malgré les trombes d’insanités réchauffistes pré-apocalyptiques dont leur cerveau a été abreuvé au cours de ces dernières décennies, qu’il me soit permis de persévérer dans l’optimisme, fut-il légèrement béat et enfantin.

N’étant plus invité dans les dîners mondains depuis que j’ai annoncé à l’auguste assemblée de convives parisiens dont j’entretenais la fréquentation que je ne comprenais pas la nécessité de recycler des déchets dans un univers qui s’effondrait, je forme le doux espoir que cette liste de questions simples et limpides, accompagnée bientôt de ses pertinentes réponses, puisse fournir, à toute une armée de trouble-fêtes, des argument solides dans les dîners en ville où se font et se défont les réputations et où se forgent les vérités éternelles du jour, face aux sectateurs de la thèse du réchauffement climatique anthropique.

J’en vois déjà qui bouillonnent de colère !

.

Guillaume de Rouville
20 octobre 2023

Share →

6 Responses to 120 questions urgentes et ingénues sur le climat dans un monde en voie d’ébullition !

  1. Lukas dit :

    Beaucoup de bonnes questions!
    Je me permet d’en rajouter une: Pourquoi ne finance-t-on pas à grande echelle la recherche sur la récolte du vent de haute altitude (500-10000m), malgré le fait que c’est la seule technologie récoltant l’énergie solaire qui pourrait être deployé à grande echelle et quasiment sans intermittence?

  2. JEAN MAS dit :

    Bonjour,
    J’espère que vous « publierez » les réponses à vos questions.
    Je suis très intéressé !
    Merci par avance

  3. Paul Bousquet dit :

    Excellente liste, dont la plupart des réponses sont accessibles aux esprits curieux et critiques, aux véritables scientifiques, à ceux dont l’intelligence fonctionne encore ; en un mot aux géniaux complotistes.
    J’attends avec impatience tes réponses, sachant que je suis loin de maîtriser les nombreux thèmes abordés ici.
    Merci pour ce magnifique travail.

  4. Francillard dit :

    Super,
    A la fin de la lecture de cet inventaire infernal, je n’ai pu m’empêcher de ricaner doucement.
    Merci pour ce moment savoureux et exceptionnel

  5. Zephyrson dit :

    Merci pour cette délicieuse rhétorique, et, au plaisir de vous lire prochainement.
    Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *